30 ANS DE PHOTOGRAPHIE

LUIS CARBALLO-PHOTOJOURNALISTE

Le grand photographe turc Goksin Sipahioglu, fondateur de l’agence Sipa, avait dit qu’il faut être assez réaliste pour savoir que le photojournalisme ne peut pas changer le monde. Mais « nous pouvons être témoins de l’histoire ». De toutes celles que j’ai entendues, je m’en tiendrai à cette phrase. Elle est exacte et elle vous vaccinera contre beaucoup de déceptions.

De plus, c’est déjà un privilège de pouvoir vivre des événements et des moments qui resteront à jamais gravés dans la mémoire collective.

Mon maitre n’était pas Sipahiouglu, mais un autre photographe qui a eu la chance de connaître l’âge d’or du photojournalisme dans la capitale française, Jean Pierre Porcher. Avec lui j’ai fondé l’agence Gran Angular à Barcelone en 2001.

Jean Pierre, un homme toujours affable, m’a appris qu’appuyer sur le bouton de l’appareil photo n’est que la dernière étape du processus très compliqué de prise de vues. Et je ne l’ai jamais oublié.

PORTFOLIOS